mardi 5 février 2019

Seule la prière insistante apporte des fruits salvifiques

« Le chrétien doit être obstiné dans la prière et humble dans les bonnes œuvres ». C’est ce qu’a déclaré le métropolite de Kiev Onuphre dans son homélie au cours de la liturgie en l’église des saints Antoine et Théodose des Grottes, le dimanche 3 février. Le primat a dédié son homélie au récit évangélique de la guérison de l’aveugle par le Seigneur près des portes de Jéricho, qui est lu ce jour dans l’Église orthodoxe. « Nous apprenons de ce récit que l’homme doit être persévérant. On a forcé l’aveugle à se taire, mais il criait encore plus fort afin que Jésus lui fasse miséricorde. Ceci est un exemple de la façon dont nous devons être persévérant dans la prière ». Seul celui qui demeure ferme dans la prière reçoit ce qu’il a demandé. Seule la prière insistante apporte des fruits salvifiques, a mentionné l’archipasteur. « Lorsque nous commençons à prier, de toute façon quelque chose nous gênera : ou le diable, ou les circonstances de notre vie, ou les conditions dans lesquelles nous nous trouvons, ou quelqu’un parmi les personnes présentes, et si nous sommes seuls, ce sont les pensées qui nous gêneront, et nous n’aurons peut-être pas le souhait de prier. Mais malgré cela, l’homme doit être persévérant et insistant dans la prière et alors la prière apportera des fruits », a déclaré le primat. Celui-ci a également souligné que dans l’histoire de la guérison de l’aveugle est donné un exemple de comment il faut accomplir des bonnes œuvres. « Lorsqu’en accomplissant quelque bonne œuvre, ou plutôt lorsque le Seigneur, par nous, fait du bien au prochain, nous devons entrer dans l’ombre de l’humilité. En guérissant un aveugle, le Seigneur, selon nos critères, aurait dû se faire photographier avec lui, place quelque part la photographie pour que tout le monde la voit. Or, le Seigneur lui dit : « Ta foi t’a sauvé ! » (Lc 18, 42). Il a immédiatement mis à l’écart Sa nature humaine… Nous ne devons pas empêcher notre prochain de voir son véritable bienfaiteur, le Seigneur ». « Si nous nous cachons, le Seigneur, pour ce bien, pour Lui avoir simplement servi d’instrument, nous donne la récompense. Mais si nous avons été applaudis, félicités, loués, nous avons déjà reçu notre récompense ici, sur terre » a souligné le métropolite. Celui-ci a souhaité à tous la force de l’esprit et, en faisant le bien, de laisser sa personne de côté. « C’est alors que notre vie sera juste, et que la bénédiction de Dieu reposera sur nous, et nous cheminerons sur la voie que le Seigneur a qualifié d’étroite, mais qui amène l’homme au bonheur, à la joie, à la paix et au salut éternel au Ciel dans le Christ Jésus, notre Seigneur » a conclu le métropolite Onuphre.

Source


mardi 29 mai 2018

Le traité de la prière de St Nil

sur le blog d'Albocicade


Le traité de la prière, d'Evagre le pontique, attribué à St Nil


Il y a des auteurs qui, pour diverses raisons, finissent par sentir le souffre. Ce fut le cas pour le diacre Evagre (IV° siècle), dont la mémoire fut bannie, rejetée à cause de son "origénisme" excessif. Son nom, certes... mais pas forcément ses écrits, puisque certains d'entre eux – ceux qui étaient "utiles à l'âme", qui traitent de l'ascèse et de la purification de l'âme – continuèrent à être lus et médités par d'innombrables générations de moines. Mais ils furent placés sous un nom immaculé : celui de St Nil d'Ancyre.
Ainsi en est-il advenu de son "Traité sur la prière", un écrit assez court, en 153 sentences, dans lequel il traite de la prière personnelle, privée, lorsque l'on se place devant Dieu pour un "seul à seul". […]

Le traité de la prière de St Nil 
intégralement indexé, avec en outre le texte grec, 
est donc  téléchargeable sur Archive.


jeudi 3 mai 2018

Expulser les démons


"Faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour expulser les démons qui ont pénétré en nous, à cause de notre négligence, par la prière de Jésus. Elle a la propriété de ranimer ceux qui sont endormis par le péché, et elle a la propriété de chasser les démons." 
Saint Ignace Brianchaninov
 Sur la prière de Jésus 29

mardi 20 mars 2018

Tu n'arrives pas à prier sans distraction ?

"Tu n'arrives pas à prier sans distraction pour deux raisons.
1) Tu es trop attachée au monde.
2) Tu n'as pas la conscience profonde de ton péché, tu te justifies toujours. 
Par une profonde contrition et des larmes, le cœur est purifié, le sentiment de la présence de Dieu apparaît, la crainte de Dieu naît dans le cœur, et la prière se fait plus ardente, plus concentrée… 
Il n'existe pas d'enfants sans parents, il n'existe pas ce qui suit sans ce qui précède."
Higoumène Nikon Vorobiov
(in Lettres spirituelles coll. Grands spirituels orthodoxes du XX°s. Ed. l'Age d'homme)

mercredi 3 janvier 2018

Conseils du monastère: comment une religieuse dit "la prière"


La prière de Jésus fait partie intégrante de la vie monastique orthodoxe. C'est sans doute une partie intégrante de la vie de prière personnelle de chaque chrétien orthodoxe. Autrefois, beaucoup de moines et de laïcs apprenaient le Psautier par cœur afin d'acquérir un souvenir constant de Dieu. Mais ce n'est plus nécessaire maintenant que nous avons hérité de cette forme de prière parfaite, réduite par tant d'années de prière par nos pères et mères à cette phrase précise et puissante. Il y a une version plus longue, "Seigneur Jésus Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi, pécheur", et une version plus courte, "Seigneur Jésus Christ aie pitié de moi." Je sais que certains, comme Joseph l'Hésychaste, préféraient la version plus courte parce qu'il sentait qu'il était plus facile de focaliser le nous (esprit) sur une phrase plus courte.

En visitant les monastères, si vous écoutez attentivement, vous pouvez souvent entendre chuchoter cette prière. Vous entendez ceci avant tout parce que c'est la prière la plus importante à prononcer pour de nombreuses raisons. C'est avant tout une confession de Jésus-Christ en tant que Dieu-Homme parfait. Cela permet l'accomplissement des paroles du Christ: «Et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai» (Jean 14:13). C'est le moyen le plus rapide de «Soyez donc parfaits, comme votre Père qui est aux cieux est parfait» (Matthieu 5:48) parce qu'il purifie l'esprit des pensées pécheresses, nettoie le cœur des passions pécheresses et concentre l'esprit sur la seule chose nécessaire (Luc 10:42). Et comme tout le monde le sait, c'est la formule patristique perfectionnée de «prier sans cesse» (1 Thessaloniciens 5:17). Tout est très simple aussi. Cela ne nécessite pas une grande connaissance du sujet, juste du désir. «Et il leur dit à tous: Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il me suive» (Luc 9:23). Vous voyez, parce qu'avec le temps, après l'avoir dit pendant de nombreuses années avec attention et désir, cela va entrer dans votre nous, votre esprit, et votre esprit dira la prière même sans que vous ayez besoin de le commencer consciemment. Et à ce moment-là, prier sans cesse et garder un souvenir constant de Dieu deviendra une réalité.

Mais pour arriver à cet état béni, avoir des outils pratiques pour nous aider dans notre voyage est un must. Donc, voici un conseil que j'ai pu observer en visitant des monastères: Sr Joanna le ferait surtout (comme vous pouvez le lire dans mon prochain livre, The Scent of Holiness). Puisque l'aspect le plus important de la prière de Jésus est de prier avec attention, cela aide à accomplir cela. Sr Joanna, au lieu de simplement répéter la même version, « Kyrie Isou Xriste eleison me» (Seigneur Jésus Christ aie pitié de moi), change de phrase pour concentrer son esprit. Ainsi, elle est souvent entendue par hasard: «Très sainte Théotokos (Mère de Dieu) sauve-moi!» Ou la prière dans la version longue: «Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi pécheur». Elle dit aussi: « ar les prières du saint patron, Seigneur Jésus-Christ aie pitié de moi" et «Par les prières du fondateur du monastère, Seigneur Jésus-Christ aie pitié de moi». De cette façon, bien qu'elle ne s'éloigne jamais de la forme de base de la prière de Jésus, elle ne permet jamais à ses paroles de devenir oisives. Car il ne suffit pas de répéter la même phrase encore et encore, mais nous devons aussi être attaché aux mots quand nous la disons. Demander sincèrement, implorer, demander miséricorde, pour eleos (huile), ce qui ne signifie pas mendier pour votre vie, mais demander l'onction, la guérison, le salut, est le but de la prière.

Et ce n'est pas quelque chose que nous devons obligatoirement faire en étant assis sur le sol au milieu de la nuit avec notre tête inclinée vers notre nombril (bien que vous puissiez certainement le faire). Au contraire, c'est quelque chose qui est toujours disponible pour nous. Nous n'avons même pas besoin d'un  komboskini  - bien que tenir quelque chose de matériel aide à concentrer l'esprit. Nous avons simplement besoin d'attention et de désir. En lavant la vaisselle, en conduisant dans la voiture, en nettoyant la maison, en tricotant, en tondant la pelouse, en pelletant, en marchant, en mangeant, à tout moment, nous pouvons attirer notre attention sur le saint nom du Christ et lui demander son aide, le pardon, l'illumination et la paix. Pour résumer tout cela, nous pouvons demander sa miséricorde. Et par la grâce de Dieu, un jour, nous pourrons, comme le roi Salomon, dormir, mais notre cœur sera éveillé (Cantique des Cantiques 5: 2); c'est-à-dire que notre cœur priera même si notre esprit est occupé par autre chose.

Donc, "si vous voulez venir après Lui", tout ce que vous devez faire est de l'essayer: SEIGNEUR JÉSUS CHRIST ACCORDE-MOI TA MISÉRICORDE, et de temps en temps, comme Sr. Joanna, mélangez cela pour garder votre attention concentrée sur Son nom très sain t!
Kali Epitihia (Bon Succès)

mercredi 25 octobre 2017

Le fruit mur de la prière par Geronda Moïse l'Agiorite

Le pouvoir de la prière se trouve dans son fruit mûr, de plus en plus savouré par le croyant tant qu'il persiste dans un long combat. Abba Nil dit que la prière est une protection contre la tristesse et le découragement, ce qui signifie que la prière protège l'âme des péchés de la tristesse découragée, du découragement, de l'oppression et du désespoir. Et il ajoute: "C'est la prière qui fleurit l'esprit de douceur et de paix." Ces vertus sont des fruits de la prière, non acquis par une action momentanée, mais nécessitant un effort fervent continu.

Le très perspicace Saint Jean de l'Échelle  réfère à la prière en tant que source de vertus, nourriture de l'âme, illumination de l'esprit, arme qui coupe le désespoir, dépassement du chagrin, réduction de la colère, miroir du progrès, indicateur de la modération et vrai reflet de notre condition spirituelle.

in Athonite Flowers: Seven Contemporary Essays on the Spiritual Life